Infos et intox sur les énergies

Voici un site qui répond aux nombreuses questions qu’on se pose ou qu’on nous pose sur les énergies renouvelables, la méthanisation, le pétrole…

Quel est l’impact d’une éolienne? les panneaux photovoltaiques sont-ils recyclables et recyclés…?

En ce qui concerne les panneaux photovoltaïques:

La très grande majorité des matériaux composant les panneaux photovoltaïques – dont la durée de vie est d’au moins 30 ans – est recyclable. Plus de 90 % de la masse des panneaux (verre, plastiques et aluminium) sont recyclés dans les filières industrielles existantes. Les composants comme le silicium ou des métaux en bien plus faibles quantités (argent, cuivre, et autres complexes semi-conducteurs) sont, eux aussi, récupérables et recyclables. Certains pourront être réutilisés pour fabriquer de nouveaux panneaux photovoltaïques.

Malgré le peu d’équipements aujourd’hui en fin de vie, le recyclage des panneaux solaires est déjà opérationnel : les constructeurs ont d’ailleurs l’obligation de récupérer les panneaux usagés et de mettre en place une filière de recyclage. Le développement et le renforcement de la filière de recyclage sont nécessaires afin d’être en capacité de traiter les volumes à venir.

Et l’éolien?

S’il est indispensable de maîtriser ces consommations et de limiter leurs conséquences, l’impact de l’éolien mérite d’être comparé à celui d’autres sources d’électricité et d’autres secteurs consommateurs de béton ou responsables d’artificialisation de terres. Actuellement, la consommation annuelle de béton pour la filière éolienne ne représente en France que 0,5 % de la production nationale, et l’éolien contribue à environ 1,5 % de l’artificialisation des terres.

L’implantation des éoliennes est encadrée par des textes réglementaires stricts. Ainsi, au terme de leur exploitation, les éoliennes sont démantelées et recyclées ou réutilisées (acier, aluminium, béton, cuivre, fibre de verre, etc.). Par ailleurs, en application de la réglementation, les fondations sont arasées sur une hauteur de 30 centimètres à 2 mètres afin de permettre le retour à l’utilisation initiale du site, agricole le plus souvent. De même, la consommation de terres agricoles doit faire l’objet de mesures de compensation collective au-delà de certains seuils fixés à l’échelle départementale.

Trouvez ici la suite et toutes les réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *